LogoGAEensociete2

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

Association pour la scolarisation, l'insertion professionnelle
et sociale des enfants et jeunes porteurs de Trisomie 21

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Diagnostic, inclusion à l'école : Macron dévoile les priorités du 4ème plan autisme

Avant même la présentation officielle du 4ème plan autisme, vendredi, par le premier ministre, Emmanuel Macron a évoqué un changement de stratégie dans la prise en charge de l'autisme en France.
 
Le 4ème plan autisme sera-t-il le «bon»? Suffira-t-il à mettre un terme au «scandale français» de la mauvaise prise en charge de l'autisme, un handicap qui qui touche quelque 700 000 personnes en France?
 
Le président de la République en personne a martelé sa volonté d'en faire une priorité. Jeudi, après neuf mois de concertation nationale, l'Élysée a commencé à dévoiler les contours de ce 4ème plan très attendu par le milieu associatif et les familles. Au moins 340 millions d'euros sur cinq ans seront alloués pour l'améliorer la recherche, le dépistage et la prise en charge de l'autisme. Soit une enveloppe largement supérieure à celle du 3ème plan autisme (2013-2017), doté de 205 millions d'euros, et dont près de la moitié des mesures n'ont par ailleurs pas vu le jour. Pour mettre ce chiffre en perspective, rappelons que la Cour des comptes, dans un rapport accablant sorti en janvier, estimait à 6,7 milliards d'euros le coût annuel de la gestion de l'autisme.
 
Jeudi, le président a précisé quelques priorités de ce nouveau plan après une visite chahutée de l'unité d'intervention développementale précoce (Unidep) du CHU de Rouen, en compagnie de Brigitte Macron. «Il faut avoir un diagnostic le plus tôt possible. Nous allons généraliser la formation de tous les professionnels, pédiatres, médecins, pour avoir, au 9ème mois ou au 24ème mois, aux consultations prévues, le réflexe de vérifier le minimum et alerter sur un trouble psycho-autistique», a-t-il indiqué. Aujourd'hui, les enfants autistes sont diagnostiqués sur le tard, en moyenne entre 3 et 5 ans. Un «forfait de remboursement pour les parents à partir du 1er janvier 2019» pour intervenir de façon précoce doit également voir le jour, a promis Emmanuel Macron. Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées, avait pour sa part évoqué ces derniers jours la volonté de diagnostiquer des adultes dont la prise en charge dans les hôpitaux psychiatriques n'était pas adaptée.
 
«Trois leviers»
 
Le 4ème plan devrait aussi aller dans le sens d'une autre grande demande des familles: l'inclusion des enfants autistes à l'école plutôt que leur prise en charge dans un hôpital de jour ou dans des IME (institut médico-éducatif) aux qualités éducatives inégales. Il faut «permettre aux enfants d'avoir une scolarité normale, pour que cette génération puisse rentrer en maternelle en 2021, soit dans une unité spécialisée, soit à l'école avec des auxiliaires de vie scolaire», a avancé le président.
 
Reste à savoir comment le plan prévoit de mettre en œuvre concrètement cet objectif alors que l'Education nationale, jusqu'à présent, n'a pas fait preuve de bonne volonté dans l'accueil des écoliers autistes. «Dès l'école maternelle, l'inclusion est une perspective éloignée pour un tiers des enfants avec un trouble du spectre autistique», notait le rapport la cour des comptes. «Formation, qualification des professionnels, recommandations des bonnes pratiques: ce sont les trois leviers qui nous permettront enfin d'avoir une stratégie nationale à la hauteur», a souligné Sophie Cluzel, le 4 avril lors d'une séance de questions au gouvernement. Vendredi, le premier ministre, Edouard Philippe, donnera plus de détails sur la «stratégie autisme» du gouvernement et dévoilera officiellement le plan. Ce dernier devrait enfin faire la part belle à la recherche, qui «n'est pas à la hauteur de ce que l'on peut attendre en France», selon la secrétaire d'État.